• Le Parlant le Cachant le Signifiant

     

    LE PARLANT : LE CACHANT : LE SIGNIFIANT

     

    La Triple Hécate

    LA LANGUE FLEURIE 

     

    [ qui éclaire, par ses couleurs, qui émerveille par la beauté de ses formes et enivre par la suavité de ses parfums ]

     

    L'Isalgue

     La Double Rose

     

    L'Ortie

     

     

    OU LE LANGAGE DES OISEAU

     

     [ qui nous enchantent, par les mélodies de leurs chants (ou champs des écus d’armes), par la grâce de ses envolées et par leur agilité à suivre les courants d’air, où souffle l’Esprit ]

     

    Les Demoiselles

     

    Les Serpents à Plumes

     

    Lois...El

     

    Fulcanelli, dans son ouvrage majeur : «  Les Demeures Philosophales  » note :

    « … [ La langue des oiseaux ou des volatiles ou des anges des corbeaux (des "beaux…corps"), des "rossignols" (qui ouvrent les portes) ou langue universelle ou langue de cour et d’amour courtois etc … ]

    Employée au Moyen Âge par les philosophes, les savants, les littérateurs, les diplomates. Chevaliers d’ordre et Chevaliers errants, troubadours, trouvères (ceux qui trouvent les vers ou les "verts" et mêmes les "trous de vers") et ménestrels … discutaient entre eux dans la langue des dieux, dite encore gaye-science ou gay-scavoir, notre cabale hermétique.

    Elle porte, d’ailleurs, le nom et l’Esprit de la Chevalerie, dont les ouvrages mystiques de Dante nous ont révélé le véritable caractère.

    C’était la langue secrète des « cabaliers » cavaliers ou chevalliers; et les initiés et intellectuels de l’antiquité en avaient, tous, la connaissance ». (Source voir la Langue des oiseaux - Wilkipédia)

     

    Il s'agit, à proprement parlé, de la kabale (cavale) phonétique, qui repose sur les jeux de nombres, de figures, de signes, de lettres, de mots, de syllabes et de phonétiques [ dans tous les langages ou translatés en français, qui est la langue diplomatique et héraldique ], dont les armoiries, avec leurs devises, sentences, maximes et autres cris d’armes [ ou cris d’a...larmes des oiseaux ] constituent le « Blason » des armes parlantes.

     

    Le Sable

    L'Argent

    L'Or

     

    A / C'est à la fois une langue métaphorique, celle du  "Blasonnement", qui décrit un écu d’armes.

     Par exemple [ la fameuse enseigne des auberges ] :

     

    BLASON D’ENSEIGNE

    Le Parlant, le Cachant, le Signifiant

     « DE SABLE AU LION D’OR »

     

    et qui peut se lire en correspondance analogique :

    «  ICI … LA NUIT AU LIT ON DOR »

     

    B / mais, aussi, en une écriture codée, en anagramme :

     1 / DESABLEAULIONDOR

    2 / ABELDONORAUILDSE

    3 / A[ U ] BEL [ JE ] DON[ NE ] [ MON ] OR [ ET ] A[ U ] VIL [ LE ] D[ E ]SE

    4 / A[ U ] BEL [ JE ] DON[ NE ] [ MON ] OR [ ET ] A[ U ] VIL [ LE ] D[ E ]CES

     

     Autrement dit, le lion de l’enseigne [ figure du Lion de Judas, qui est le Christ, qui nous enseigne ], nous dit :

    Au Beau [ ou au bon ] je Donne [ je promets ] mon Or [ l'or spirituel de la Vie ] et au Vil [ au mauvais ou au méchant ] je réserve le Décès [ la Mort ].

     

    Ce procédé "multi-sens", correspond par exemple, aux "couches" sémantiques", des graffitis au Donjon ou Tour du Coudray, du Château de Chinon (Cf. "Le Testament des Templiers" à Chinon d'Y. Roy)

     

    Le Coup Droit y Est !

     

     

    C'est, ainsi, que l'art du Blasonnement [ le Blason…ne…ment ] est devenu la science du :

     

    Noeud Gordien

     

     

    PARLANT du CACHANT du SIGNIFIANT

     

    C'est à dire la science où :

     

    le SIGNIFIÉ est CACHÉ dans le PARLÉ ...

     

    4 Chiffre 2 Quatre