• Les Thanatonautes

    " Et si l'Esprit de Celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts habite en vous, donnera aussi la vie à vos corps mortels, Celui qui a ressuscité le Christ d'entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. " (Rom 8, 11)

      

    Les Éperons !

     

    Les Tunnels de Lumière

     

    Parvenues au seuil de la mort, des millions de personnes racontent avoir momentanément quitté leur corps et visité d'autres mondes.

     

    On appelle EMI (Expérience de Mort Imminente) ou NDE (en anglais, Near Death Experience), le récit de l'au-delà rapporté par une personne revenue d'un coma profond, assimilable à une mort clinique. Ce n'est pas un phénomène nouveau puisque l'histoire regorge de récits de ce genre. Depuis environ 25 ans, les études sur les EMI se sont multipliées et l'on s'est rendu compte que ces expériences étaient plus répandues qu'on ne le pensait.

     

    Des EMI ont été rapportées de tous les pays du monde, et ce par des milliers de personnes, indépendamment de leur culture ou religion. D'ailleurs, au début des années 1980, une enquête statistique révélait que 8 millions d'américains auraient vécus une EMI.

     

    Les personnes ayant frôlé la mort à la suite d'un accident, d'un infarctus ou d'une opération délicate expriment souvent les mêmes visions. Généralement, au cours d'une EMI classique, le mourant quitte son corps et le survole. Il pénètre ensuite dans un tunnel sombre au bout duquel se trouve une lumière blanche. Il voit alors sa vie défiler devant lui. Ensuite, il entre dans cette zone de lumière et est alors enveloppé d'une sensation de paix, souvent associée à l'apparition d'un "être de lumière".

     

    D'autres cas, plus rares, sont moins idylliques : il en ressort un côté angoissant et négatif (vision de l'enfer ?). Mais la plupart des personnes ayant vécu une EMI parlent d'une barrière, d'un obstacle qu'elles n'ont pas franchi pour être définitivement mortes. (www.mysteresdumonde.fr/categ/paranormal/100-emi-nde.html )

     

     

    Mona Lisa

     

    Les Trous de Lumière 

     

     

    Un trou de ver (en anglais : wormhole) est, en physique, un objet hypothétique qui relierait deux feuillets distincts ou deux régions distinctes de l'espace-temps et se manifesterait, d'un côté, comme un trou noir et, de l'autre côté, comme un trou blanc.

     

    Le physicien autrichien Ludwig Flamm (1885-1964) est parfois présenté comme étant le premier à avoir proposé, dès 1916, l'existence des trous de ver. Mais la communauté s'accorde pour considérer que leur existence n'a été suggérée qu'en 1935, par Albert Einstein et Nathan Rosen avec « les ponts d’Einstein-Rosen ».

    Les trous de ver doivent leur nom à Charles W. Misner et John A. Wheeler et qui les désignèrent ainsi en 1975.

    Un trou de ver formerait un raccourci à travers l'espace-temps. Pour le représenter plus simplement, on peut se représenter l'espace-temps non en quatre dimensions mais en deux dimensions, à la manière d'un tapis ou d'une feuille de papier. La surface de cette feuille serait pliée sur elle-même dans un espace à trois dimensions.

     

    L'utilisation du raccourci "trou de ver" permettrait un voyage du point A directement au point B en un temps considérablement réduit par rapport au temps qu'il faudrait pour parcourir la distance séparant ces deux points de manière linéaire, à la surface de la feuille. Visuellement, il faut s'imaginer voyager non pas à la surface de la feuille de papier, mais à travers le trou de ver ; la feuille étant repliée sur elle-même permet au point A de toucher directement le point B. La rencontre des deux points serait le trou de ver.

    L'utilisation d'un trou de ver permettrait le voyage d'un point de l'espace à un autre (déplacement dans l'espace), le voyage d'un point à l'autre du temps (déplacement dans le temps) et le voyage d'un point de l'espace-temps à un autre (déplacement à travers l'espace et en même temps à travers le temps.(fr.wikipedia.org/wiki/Trou_de_ver )

     

    Les Âmes Vagabondes 

     

    Il ne faut pas être Guillaume de Saint Clair ni Albert Einstein pour  s'apercevoir du parallélisme évident entre la théorie des « Tunnels de l'Espace-temps » et l'expérience des « Tunnels de Lumière ».

     

    Et si comme, nous l'enseigne la Tradition des Anciens, des Ancêtres et des Aînés de l'Orden de Chevalerie, l'Univers se décline bien dans les trois mondes : physique (Soma ou matériel), énergétique (Éther ou astral), et mental (Séma ou onirique),  il apparaîtrait dès lors admissible d'explorer l'Univers en empruntant l'un des trois « vaisseaux » ou corps : physique, énergétique ou mental de l'homme.

     

     Cette capacité expliquerait à elle-seule le luxe de « précautions » entourant les rituels de « passage dans l'autre monde » au moment du décès, et la pratique « universelle » de la momification des corps ;

     

    et, elle a, surtout, le mérite de souligner ou de mettre en avant, de nous avertir, et de nous rappeler, la réalité effective de la migration, de l'invasion, ou de l'incarnation des créatures de l'infra-monde (bas-astral ou enfer), et celles des êtres du supra-monde (haut-astral ou céleste) dans notre monde.

     

    Entre...Là...C'est !

     

    « La SyntropieLa Gelée des Etoiles et le Beurre des Sorcières »
    Partager via Gmail Yahoo!